Le meilleur joueur de rugby français de tous les temps

Né à Caracas le 31 août 1958 d’une mère basque et d’un père vénézuélien, Serge Blanco est considéré comme le meilleur joueur de rugby français de tous les temps et comme l'un des plus grands joueurs de l'histoire du rugby mondial. Homme d'un seul club, le Biarritz Olympique, joueur inclassable et incomparable, il détient encore à ce jour le record d’essais (38) marqués avec le XV de France pour 93 sélections entre 1980 et 1991. Et c’est un titre tout ce qu’il y a de plus officieux qui résume le mieux ce qu’il représente pour le ballon ovale : il fût baptisé (et restera pour l’éternité) le « Pelé du rugby ».


LIRE LA SUITE




LA LÉGENDE



Serge Blanco commence sa carrière en 1974 au Biarritz Olympique, à qui il restera fidèle tout au long de sa carrière. A compter des années 80, il est unanimement considéré comme le meilleur arrière de France, voire du monde. Son talent fait de lui une cible privilégiée pour ses adversaires, à une époque où le rugby est bien plus rugueux qu’aujourd’hui.

S’il fait sensation dans le championnat de France, c’est sur le plan international, face aux meilleurs joueurs du monde, que Serge Blanco va laisser une empreinte indélébile. Avec le maillot bleu frappé du coq, il remporte pas moins de six tournois des Cinq Nations (81, 83, 86, 87, 88, 89), épreuve qu’il qualifiait de « magique », dont deux Grands Chelems (81 et 87), soit le quart des sans-fautes accomplis par l’équipe de France à ce jour ! Il triomphera également deux fois lors des Jeux méditerranéens (79 et 83), mais c’est l’épreuve reine qui constituera le point d’orgue de sa carrière.

Car en 1987, le rugby se dote enfin d’une Coupe du Monde, dont la première édition est organisée en Nouvelle-Zélande. Serge Blanco, au sommet de son art, va y briller de mille feux. Tout d’abord lors du match contre l’Ecosse du premier tour, où il réussit un essai et sa transformation à la 79e minute, permettant aux Bleus de ramener le nul et d’éviter l’ogre All Black en quarts de finale. Mais le chef d’œuvre ultime est réalisé en demi-finale contre l’Australie, où il inscrit au terme d’une action d’anthologie l’essai de la victoire. Vice-champion du Monde, il entre au panthéon des figures ayant marqué l’histoire de l’ovalie. Star parmi les stars, Serge Blanco n’en demeure pas moins un Team Player, et c’est dans le collectif qu’il puise ses ressources, qu’il trouve ses plus grandes joies. Ce qu’il retiendra avant tout de cette glorieuse campagne néo-zélandaise, c’est «un moment exceptionnel fait de sentiment où pour la première fois de notre vie en tant qu'équipe, en tant qu'amis, nous nous sommes mis à nu pour partager nos souffrances...»

Au crépuscule d’une carrière riche de titres et d’exploits, le palmarès individuel que se sera forgé Serge Blanco est encore plus éloquent. Il détient le record d’essais marqués (38), et monte sur le podium des joueurs les plus capés, avec pas moins de 93 sélections, dont 17 en tant que capitaine. Elu meilleur joueur français à six reprises (82, 83, 89, 90, 91 et 92), c’est pourtant un titre tout ce qu’il y a de plus officieux qui résume le mieux ce qu’il fût au ballon ovale. Joueur inclassable et incomparable, il restera pour l’éternité le « Pelé du rugby », surnom acquis les armes à la main.